OSERESO - Centre de formation webmarketing, marketing et communication

Et si l’apprentissage était aussi 2.0 ?

By Nicolas Belnou|Date : 11 mars 2013 1 170 Commentaires

« L’apprentissage 2.0 doit avoir deux objectifs : apprendre la discipline ET apprendre à aimer la discipline. »   Bastien Sannac, chef de Projet Serious Games, interviewé par OSERESO   Pourriez-vous vous présenter et présenter votre parcours ? J’ai commencé la musique très tôt, à 3 ans. Mais comme beaucoup d’enfants, j’ai souhaité arrêter de prendre des...

"L’apprentissage 2.0 doit avoir deux objectifs : apprendre la discipline ET apprendre à aimer la discipline."

 

Bastien Sannac, chef de Projet Serious Games, interviewé par OSERESO

 

[caption id="attachment_5462" align="alignleft" width="150" caption="Bastien Sannac, chef de projet Serious Games, interviewé par OSERESO"][/caption]

Pourriez-vous vous présenter et présenter votre parcours ?

J’ai commencé la musique très tôt, à 3 ans. Mais comme beaucoup d’enfants, j’ai souhaité arrêter de prendre des leçons de piano à 10 ans, par dégoût ou par désintérêt. Vers 16 ans, l’envie de jouer est revenue, mais de manière autodidacte, sans professeur. J’ai commencé à composer des chansons, écrire des textes, et faire des concerts.

Après avoir fait prépa et l’INT Management, je suis entré dans un cabinet de conseil en IT pendant 3 ans. J’ai continué à faire des concerts sur Paris, jusqu’à ce que je rencontre un professeur de musique extraordinaire : Vincent Chaintrier. J’ai demandé à Vincent de me donner des cours de composition, mais très vite, j’ai compris qu’il avait une vision révolutionnaire de l’apprentissage de la musique.

Pendant 2 ans, Vincent et moi avons préparé ce qui allait devenir le projet Orpheus. J’ai pu quitter mon cabinet de conseil et me lancer en tant que consultant indépendant pour libérer du temps et de l’argent.

 

Vous êtes le fondateur de SEMA. Quel est votre métier ?

Actuellement, SEMA conçoit et développe des jeux pour transformer la manière d’expérimenter la musique. Pour les musiciens, c’est une méthode innovante qui permet de mieux apprendre la musique, en partant des émotions ressenties et non des concepts théoriques abstraits que promeut la méthode traditionnelle.

SEMA est aussi éditeur de musique. Nous mettons à profit de nos compositions les concepts enseignés dans le jeu pédagogique, et nous travaillons principalement pour le cinéma et la télévision.

À l’avenir, nous avons l’ambition de développer des outils d’analyse et de création automatique de musique. Notre objectif : permettre à chacun d’accéder au plaisir de la création et de la compréhension musicale.

 

Comment vous est venue cette idée d’apprentissage 2.0 ?

Tout d’abord, de mon expérience personnelle. J’ai toujours pris beaucoup de plaisir à écouter de la musique. Pourtant, apprendre la musique m’est apparu comme une contrainte pendant trop longtemps. Cela m’a fait perdre de nombreuses années dans le développement de ma passion.

L’apprentissage 2.0 doit avoir deux objectifs : apprendre la discipline ET apprendre à aimer la discipline. Ce second point est primordial, car il permet de trouver du sens et du plaisir dans les efforts à fournir au quotidien.

 

Un serious game est-il beaucoup plus efficace dans une démarche d’apprentissage ?

Un serious game permet d’accélérer certaines phases cruciales de l’apprentissage. Notamment, il peut permettre de renforcer les fondamentaux d’une discipline.

Dans le cadre particulier de la musique, travailler son oreille musicale est une tâche délicate.. Il faut être au minimum deux personnes (par exemple, l’un qui joue, l’autre qui devine les notes, les accords, les instruments qui sont joués) et le cadre d’apprentissage est difficile à appréhender (par quoi commencer ? comment mettre en place une difficulté progressive ? quels sont les objectifs ?).

Dans ce contexte, le serious game est une alternative séduisante, même s’il nécessite un travail de préparation colossal. Pour SEMA, Vincent a élaboré une méthode et une modélisation de la musique pendant plus de 20 ans, au gré des cours de musique qu’il dispensait (il s’est spécialisé très tôt dans l’oreille musicale) et d’une introspection impressionnante. Puis, nous avons travaillé pendant deux ans pour inscrire cette méthode dans un jeu en ligne.

 

Selon vous est-ce l’avenir de la pédagogie ?

Je pense qu’un serious game est aujourd’hui insuffisant pour maîtriser une discipline. Prendre (ou donner) des cours, se confronter à d’autres personnes, conseiller (et se faire conseiller) viennent enrichir considérablement la vision que l’on peut avoir de son domaine d’apprentissage.

Cependant, pour s’initier ou pour développer les fondamentaux d’une discipline, un serious game peut permettre de focaliser ses efforts, et faire suivre le “chemin le plus court” pour chacun. Ce chemin s’obtient par “l’adaptive learning” : par exemple, nous préparons actuellement avec SEMA un jeu qui déterminera rapidement le niveau de l’utilisateur sur un domaine musical donné (par exemple la reconnaissance de mélodies). Le jeu se positionnera à la limite du niveau de l’utilisateur et le fera monter progressivement.

 

Quelle est votre ambition avec SEMA ?

D’ici fin 2013, nous souhaitons mettre en place les outils qui vont révolutionner l’apprentissage de la musique. En 2014, nous travaillerons sur l’analyse automatique et intrinsèque de la musique. En 2015, nous attaquerons la composition de musique assistée par ordinateur ou entièrement automatisée.

 

Propos recueillis le 11 Mars 2013 par Damien Langin, consultantOSERESO

Vous aimerez aussi

L’Inbound Marketing, un marketing respectueux, efficace, centré sur l’individu

« Je crois que, de nos jours, le marketing, pour être efficace, doit être respectueux et...

Lire la suite

Sous traiter son e-commerce : un levier de rentabilité ?

« Il est nécessaire désormais « d’être » sur le web, mais pas n’importe comment. »  ...

Lire la suite

Le modèle économique des agences de communication est-il en crise ?

Les agences sont en partie responsables de cette situation difficile. La remise en question de leur modèle...

Lire la suite

1 170 Commentaires

laissez un message

3, avril, 2020 / Répondre

Kudos, Loads of information!
buy generic viagra

3, avril, 2020 / Répondre

drugstore com email canadian pharmacy pharmacy of the world approved canadian pharmacies online [url=https://canadianpharmacyrating.com/#]prescription drugs canada[/url] online drugstore com

3, avril, 2020 / Répondre

You definitely made your point. viagra bdsm

3, avril, 2020 / Répondre

You made your point! Get Prescribed Provigil

3, avril, 2020 / Répondre

244831 only now viagra india

http://viagrauusqq.com/

3, avril, 2020 / Répondre

Truly a lot of wonderful information. metformin hcl

4, avril, 2020 / Répondre

You’ve made your position quite well.! azitromicina

4, avril, 2020 / Répondre

Thanks! Fantastic stuff. zanaflex generic

4, avril, 2020 / Répondre

Thank you, A good amount of content.
hidroclorotiazida

4, avril, 2020 / Répondre

You actually reported it well. domperidon

qui sommes nous ?

OSERESO est une société de conseil et de formation internationale.

Notre métier est d'accompagner les équipes marketing digital, communication digital et webmarketing à monter en compétences et à développer leur savoirs, savoir-faire et savoir-être. Chaque année nous accompagnons près de 1 000 collaborateurs d’entreprises publiques et privées.

Avec une équipe de près de 20 consultants et 35 formateurs notre équipe est à votre écoute tous les jours de 8h00 à 20h00 du lundi au vendredi et de 8h00 à 12h00 le samedi.

Ce site est la propriété de la SARL Keretis, société au capital de 7 500 Euro, dont le siège est 12 rue de Capri – 75012 Paris - N° Siren : 511 236 630.

Le site sur lequel vous venez de vous connecter a été élaboré au profit de tous les internautes désireux de mieux connaître l’activité d’OSERESO EN France et à l’étranger.

Ce site Internet répond aux dispositions légales prévues par la CNIL


Directeur de publication du site : Nicolas Belnou
Conception et réalisation : OSERESO
E-mail : contact@osereso.fr